Non classé npx gestionnaire crypto actif

Published on juillet 6th, 2022 | by Arnfast

0

NapoleonX, une ICO AMF frauduleuse rachetée par Coinshares ?

NapoleonX est un projet crypto qui m’a semblé, avec de nombreux autres crypto-investisseurs, être un excellent projet. Le but était de créer des véhicules d’investissement à destination des professionnels et des institutionnels. Les fondateurs étaient Stephane Ifrah, Arnaud Dartois et Jean-Charles Dudek, qui a eux 3 ont déjà géré plus de 8 milliards d’AuM pour des banques tiers 1.

Mais comme vous allez le voir, on ne peut pas vraiment dire que tout s’est passé comme il le fallait, malgré le fait que j’ai toujours défendu corps et âme le projet. D’ailleurs, les dernières évolutions sont assez tristes, surtout pour un projet qui a reçu le feu vert du gendarme boursier français, l’AMF.

Septembre 2017 – décembre 2017 : explication du projet en consultation avec l’AMF

Pendant plusieurs mois, les trois fondateurs ont fait leur possible pour présenter le projet aux crypto-investisseurs et multiplier les interviews un peu partout. Bref, quelque chose de tout à fait normal et nécessaire pour faire connaître NapoleonX.

D’après les fondateurs, le projet a été monté en accord avec l’AMF, ce qui est un gage de sérieux que peu d’autres projets peuvent se targuer de posséder. L’AMF les aurait par exemple aider à désigner les droits des tokens.

Janvier 2018 : les promesses de l’ICO et les droits associés au NPX

Pour qu’on participe à l’ICO, les fondateurs nous ont expliqué que dès la levée de fonds terminée, ils allaient lancer les premiers véhicules d’investissement. Ils nous avaient dit qu’en moins d’un an, les sommes investies seraient déjà remboursées. Le token NPX possédait en outre 3 droits :

– Un accès à des signaux de trading sur la plateforme ;
– Le droit à obtenir 85% des fees prélevées par NapoleonX sur les véhicules d’investissement ;
– Un droit de gouvernance pour décider de l’évolution du projet. Cependant, pour faire simple, on ne nous a jamais rien soumis au vote en 4 ans et demi et ce droit a disparu des documents officiels.

Février 2018 : fin de l’ICO

L’ICO s’est déroulée correctement et même si les objectifs initiaux n’ont pas été atteint, la team a quand même réussi à lever plus de 10 millions de dollars. C’est une somme importante qui devait permettre de tout mettre en place correctement.

Cependant, ce montant est à relativiser car les fonds ont été levé en ETH et la team n’a pas pu les convertir directement en euros. En effet, à cette époque, il était difficile pour un projet crypto d’avoir accès à des banques. Finalement, vers octobre / novembre 2018, ils ont réussi à convertir la somme de départ en environ 3 millions d’euros. Loin des 9 millions de départ, mais suffisant pour mettre en place le projet.

PS : besoin des sources sur paper.

Avril 2018 : distribution des tokens et sortie de la plateforme

En avril 2018, les tokens sont distribués et la plateforme NapoleonX voit enfin le jour. On est donc tous très impatient que les choses sérieuses commencent. Cependant, nos espoirs ont été douchés très rapidement, le CEO de l’époque, Stéphane Ifrah, nous apprend qu’il faut d’abord obtenir la licence AMF. Mais on nous explique que ça ne devrait pas tarder et qu’ils pourraient recevoir la licence avant le début de l’été.

C’est donc la première déconvenue par rapport aux promesses de l’ICO, les fonds ne peuvent pas se lancer immédiatement. La première déconvenue parmi de nombreuses autres qui vont arriver par la suite.

En juin, on nous apprend que l’AMF n’a malheureusement pas pu prendre sa décision à temps et qu’il faudra attendre septembre. Sur ce coup, ce n’est pas la faute de l’équipe et on a tous compris qu’ils n’y étaient pour rien. On a donc patiemment attendu.

Novembre 2018 : obtention de la licence AMF et nouvelles déconvenues

Finalement, en novembre, la licence tant attendue est obtenue. On éclate tous de joie et chacun d’entre nous célèbre cela à sa façon. On s’attend donc à ce que les choses sérieuses commencent enfin. Mais en fait non.

A partir de ce moment-là, on nous explique que la licence, ce n’est que la première étape. Il est nécessaire de respecter d’autres critères supplémentaires, comme le fait d’avoir un dépositaire ou ce genre de choses. Il faudra donc encore attendre. Deuxième déconvenue.

Mars 2019 : mauvaises conditions de marché pour lever des fonds

Finalement, vers mars 2019, une fois toutes les autorisations en poche, on nous affirme qu’il n’est pas possible de lancer le projet. Les conditions de marché sont trop mauvaises et s’ils ratent le coup, c’est la mort du projet. Troisième déconvenue, mais on comprend les choses et on accepte d’attendre. On continue à rester sur le chan Telegram et on discute tous ensemble, faisant des blagues et parlant de ce qu’on pourrait faire de tout cet argent qu’on aura grâce à NapoleonX

Mi 2019 : proposition de création d’un robot de trading pour patienter

Vers la mi 2019, une suggestion a été faite aux membres de la communauté. Créer des robots de trading pour automatiser les ordres d’exécution des signaux de trading. Mais que cela allait être développé avec des fonds qui n’avaient rien à voir avec ceux de l’ICO et que les détenteurs des tokens NPX ne pourraient rien toucher.

On a tous été assez dubatifs car il s’agissait des mêmes employés qui allaient travailler sur ce projet. Les bots allaient se baser sur les signaux de trading créés avec l’argent de l’ICO. Mais on a laissé faire, puisque cela allait apporter des revenus à l’équipe et permettre au projet de tenir le coup. Et de toute façon, on n’a pas eu la possibilité de consulter les comptes de l’entreprise pour prouver quoi que ce soit. Quatrième déconvenue.

Mars 2020 : premier fond d’exposition

Finalement, en mars 2020, un premier fond d’exposition est lancé. Il ne s’agit pas d’un véhicule d’investissement qui se base sur des stratégies, mais d’un fond qui réplique les performances du Bitcoin. Grands princes que sont les membres fondateurs, ils nous ont autorisé à recevoir une partie des revenus générés par ce fond jusqu’au lancement du dixième véhicule d’investissement.

En effet, c’est un cadeau selon eux, puisque cela ne faisait pas parti du deal initial. Jusqu’à aujourd’hui, ce fond n’a même pas rapporté… 0.1 centime par token NPX détenu. La cause ? Le montant ridicule récolté pour ce fond, à peine quelques centaines de milliers d’euros. Cinquième déconvenue.

Mai 2020 : possibilité de payer 25% de napbots au taux taux 1 NPX = 0.001 ETH

Devant le mécontentement grandissant de la communauté, les fondateurs ont décidé de nous faire un autre généreux cadeau : payer Napbots, le robot de trading, avec du NPX au taux de l’ICO, c’est-à-dire 0.001 ETH pour un NPX. Oui mais voilà, seulement à hauteur de 25%. Ceci, cela devait permettre de fixer un prix plancher au token et nous étions à peu près tous rassurer qu’on pourrait au moins récupérer la mise de l’ICO.

Mais en fait, non. Il leur a fallu un temps fou pour programmer cette réduction. Elle était de plus difficile à trouver. Et la cerise sur le gâteau, c’est qu’ils n’ont même pas prévenu les utilisateurs de Napbots qu’ils pouvaient bénéficier de cette réducation. Cela n’a donc jamais fonctionné. Sixième déconvenue.

Octobre 2020 : premier DAF

Finalement, en octobre 2020, le premier DAF (véhicule d’investissement) est lancé ! Enfin, il était temps ! Finalement, après 2 ans et demi d’attente, on allait enfin voir le bout du tunnel. Ca a été long, mais on a finalement été récompensé.

Janvier 2021 : première distribution de fees

On touche enfin nos premiers fees. Environ 0.4 centime par NPX, c’était vraiment un moment unique pour tout le monde. Le projet fonctionnait réellement et c’était le début d’un futur qui paraissait florissant. L’étape la plus difficile du projet a été franchie et les autres DAFs allaient suivre, permettant ainsi de recevoir de plus en plus de dividendes.

Mars 2021 : Crypto Army, payable à 100% en NPX au taux de l’ICO via un burn de tokens

En mars 2021, on reçoit dans notre boite mail la nouvelle d’un nouveau produit, Crypto Army, qui serait cette fois-ci payable à 100% en NPX au taux de l’ICO et que les tokens utilisés seraient brûlés. C’était une nouvelle absolument colossale car cela signifiait alors que le supply du NPX allait se réduire au fil du temps et que la valeur du NPX serait toujours d’au moins 0.001 ETH.

Cependant, cela n’a jamais été mis en place. Crypto Army n’a jamais vraiment été promotionné et le paiement à 100% en NPX au prix de l’ICO avec un burn de token n’a jamais été effectif. Septième déconvenue.

Avril 2021 ??? : départ de Stéphane Ifrah

Stéphane Ifrah, la personne que nous appelions tous affectueusement Empereur, nous a quitté vers avril 2021. Aucune idée des raisons qui l’ont poussé à partir, mais on nous a dit que cela faisait partie de la vie normale d’une entreprise. On ne s’est vraiment pas tracassé car après tous, les DAFs se remplissaient et on pensait tous que Crypto Army allait nous garantir un réel prix plancher du token et que le burn allait rendre les NPX de plus en plus rares.

Cependant, vers juin 2022 quand on a tous sérieusement eu des doutes sur l’avenir du projet, on s’est rendu compte qu’il a été émis de ses fonctions par les actionnaires. En fait, Arnaud Dartois, Jean-Charles Dudek et Stéphane Ifrah possédaient chacun 400 actions de la société. Stéphane a été exclu a 800 voix contre 400.

On a aussi remarqué par la suite que ces actions ont permis aux fondateurs de se partager un petit pactole de plusieurs millions d’euros (chiffres à confirmer). Bien sûr, rien du tout pour les holdeurs NPX qui ont financé tout le projet. Huitième déconvenue.

Mai 2021 : premier gros DAF avec plus de 20M

Au mois de mai 2021, on nous annonce un DAF à plus de 20 millions d’euros. Ca y est, on devient tous euphoriques, les millions commencent à pleuvoir et on va enfin pouvoir profiter de revenus passifs confortables. Tous se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes !

Novembre 2021 : annonce d’une staking platform avec le NPX au centre du projet

En novembre 2021, on continue à nous faire rêver en nous annonçant cette fois un projet DeFi qui va sortir de façon imminente. Et le NPX sera cette fois-ci au centre du projet, lui donnant la valeur qu’il mérite réellement d’avoir. Et voilà, finalement, nous y sommes. Le chemin aura été long mais les survivants à ce marathon vont enfin pouvoir en profiter.

Mais en fait, non.

Décembre 2021 : annonce du rachat par Coinshares

Au mois de décembre 2021, NapoleonX se fait racheter par Coinshares pour 14 millions d’euros, dont 0 centime pour les tokens holder. Neuvième déconvenue. C’est une société côté en bourse qui gère des milliards d’AuM en crypto. Les deux fondateurs du projet restant nous rassurent en nous disant que ça sera pour le bien du projet car les capacités à lever des fonds vont s’en trouver multipliées.

On s’en méfie quand même un peu, car un groupe côté comme Coinshares n’en a clairement rien à foutre des tokens holders. Au contraire, on est même un problème pour eux. Ils n’ont sans doute aucune envie de partager quoique ce soit avec nous. Mais après tout, on fait confiance aux fondateurs, plein de promesses ont été faites et le projet va finalement dans la bonne direction.

Février 2022 : dernière newsletters

Dans cette newsletter, on apprendre qu’un système de vote sera prochainement mis en place afin de décider de l’évolution du projet. Cela se fera en fonction de nos jetons NPX. On nous explique également qu’une newsletter sortira toutes les deux semaines pour nous tenir informé des évolutions du projet.

Comme vous vous en doutez, rien ne se sera déroulé comme tel. Plus aucune newsletter, pas le moindre votre soumis aux holders. Dixième déconvenue.

Juin 2022 : validation définitive de l’AMF du transfert de la licence à Coinshares

En juin 2022, l’AMF acte officiellement le transfert de la licence AMF au groupe Coinshares. A partir de ce moment-là, nous avons une personne de Coinshares, Benoît Pellevoizin, qui rejoins nos différents chan Telegram. Lui et lui seul sera désormais en charge de communiquer avec nous sur l’évolution du projet.

Juillet 2022 : alpha de la staking platform et fin des discussions sur Telegram

On nous présente finalement la staking platform. Plus de 6 mois de retard, mais on nous présente quand même quelque chose. L’ancien modérateur nous avait dit qu’elle avait été audité 3 fois par Peckshield, tandis que Jean-Charles Dudek nous a dit lors de cette présentation qu’elle n’avait été audité que 2 fois. On a directement senti un petit problème de concordance.

Le plus fâcheux dans tous ça, c’est que l’équipe nous a dit qu’elle ne savait pas ce qu’allait advenir le NPX car il faudrait voir avec la SEC. Une décision serait prise en août à ce sujet-là et communiquez en septembre. En gros, malgré toutes les promesses faites au cours des années, il est maintenant du domaine du possible que le NPX soit purement et simplement supprimé. Au total, 1 NPX aura rapporté environ 2 cents au tokens holders qui ont enregistré leurs jetons sur la plateforme.

Autre truc marrant, c’est que les membres de l’équipe nous ont dit qu’on devrait se charger nous-même du marketing de la plateforme, malgré toutes les promesses de marketing qu’ils allaient effectuer pour la promouvoir. En gros, c’est un truc qu’ils pondent pour pas qu’on râle. Que c’est généreux.

Lorsqu’on nous soulevions des questions sur l’avenir des DAF traditionnels et de l’avenir du token sur Telegram, nous n’avons jamais eu les réponses à nos questions. Pire, les canaux de discussions sont désormais verrouillés et il n’est plus possible de discuter avec l’équipe.

Pour un des premiers projets crypto régulé par l’AMF, censée protéger les investisseurs individuels des requins de la finance, on ne peut pas dire que ce soit une brillante réussite. Les fondateurs auront empoché 4 années et demi de salaires mirobolants et 20 millions à se partager à 3, sans jamais rien donner aux investisseurs.

Restez informé des nouveautés !

Inscrivez-vous à ma newsletter pour être informé de la sortie des points suivants :

- Mes nouveaux guides
- Mes nouveaux bilans
- Mes conseils d'investissement
- Des nouveautés

Veuillez vérifier votre dossier spam et indiquez à votre messagerie que ce n'en est pas.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑