Trade

Published on février 22nd, 2018 | by Arnfast

0

Expérience intéressante d’achat et de revente sur des shitcoins


Il y a une petite dizaine de jours, j’ai eu l’idée de tenter quelque chose d’assez spécial : faire de l’achat et de la revente sur des shitcoins.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça s’est plutôt bien passé au final, puisque j’en ai dégagé un profit.

Je vais vous expliquer comment je m’y suis pris et quelle a été ma méthodologie employée. J’expliquerais aussi les erreurs que je pense avoir commise.

Méthodologie employée


Tout d’abord, je me suis décidé à faire ceci sur un petit Exchange avec de faibles liquidités.

Pour choisir mes crypto-monnaies que j’allais trade, j’ai utilisé de le site internet coinmarketcap en regardant toutes les shitcoins qui n’avaient qu’un faible volume de trade (inférieur à 400$ par jour pour la plupart).

Ensuite, j’ai regardé le ratio entre le prix auquel les gens voulaient acheter cette crypto-monnaie et le prix auquel ils étaient prêt à la revendre.

Je me suis fixé les critères suivants :

  • Volume infinitésimal : maximum 75% de ratio.
  • Très faible volume : maximum 85% de ratio.
  • Volume faible : maximum 90% de ratio.
  • Volume moyen : je passe.

J’ai pris une telle marge car c’était sûr que certains shitcoins allaient me faire perdre de l’argent. Il fallait donc anticiper ces pertes probables avec des gains plus importants ailleurs.

Résultats des courses


Sur 10 cryptos différentes achetées, certaines m’ont permis de faire plusieurs achats / reventes, tandis que d’autres me sont restées sur les bras.

Voici le décompte exact :

  • Je n’ai pas réussi à ne faire ne serait-ce qu’un seul achat revente avec 2 shitcoins. J’ai dû me résoudre à vendre à perte : -22.08% sur ces deux crypto-monnaies.
  • 2 autres crypto-monnaies m’ont également posé un problème du fait d’un volume quasi inexistant. J’ai finalement réussi à les revendre avec un petit profit : 3.89%.
  • Finalement, 6 shitcoins m’ont permis de faire plusieurs achats / reventes. Même si j’ai dû vers la fin en revendre une partie à perte à cause d’une chute de volume, tous m’ont permis de dégager un profit. Pour être exact : 7.94%.

Au final, en cumulant ces différents achats reventes, j’en suis arrivé à la somme suivante : 7261387 satoshis d’achats pour 248343 satoshis de profits. Soit un bénéfice net de 3.42%.

Bon, comme vous le voyez, les sommes sont ridicules. Et c’était bien le but, je ne voulais tenter l’expérience qu’avec de petites sommes pour voir ce que cela allait donner.

Les erreurs commises


Il n’y a, à mon sens, pas tellement d’erreurs qui ont pu être commises, si ce n’est une seule : celle ne pas avoir revendu rapidement les shitcoins invendables après 2-3 jours, ce qui a fait qu’au final j’ai du les garder presque 10 jours et faire une grosse perte dessus, plutôt qu’une petite.

Je pense également aussi avoir fait la bêtise d’avoir choisi mes shitcoins sans analyser du tout le cours sur les autres exchanges. Je me suis uniquement basé sur le volume et le ratio entre achat et revente sur un seul en particulier.

Moralité de l’histoire


Il est donc possible de générer quelques profits avec cette méthode.

Toutefois, le temps nécessaire pour faire cela efficacement n’est pas négligeable. Ni l’organisation en béton dont il faut faire preuve.

De plus, comme vous avez pu le voir, les résultats en valeur absolues sont assez faibles. Ce qui fait que le salaire horaire pour une telle opération est totalement ridicule. Du fait des volumes de transactions faibles, il n’est pas possible de se faire énormément d’argent avec cette méthode.

Je dirais toutefois qu’il s’agit d’un bon début pour apprendre et que cela donne la possibilité aux gens avec peu de moyens financiers de se créer une bankroll de départ.

Restez informé des nouveautés !

Inscrivez-vous à ma newsletter pour être informé de la sortie des points suivants :

- Mes nouveaux guides
- Mes nouveaux bilans
- Mes conseils d'investissement
- Des nouveautés

Veuillez vérifier votre dossier spam et indiquez à votre messagerie que ce n'en est pas.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑