ICO solana ou la blockchain haute performance

Published on juin 1st, 2018 | by Arnfast

0

Solana ou la redéfinition de la blockchain haute performance


Solana est un nouveau projet qui tente de redéfinir le concept de blockchain haute performance en améliorant considérablement le nombre de transactions qu’il est possible d’effectuer par seconde grâce à un nouveau système de vérification, la “proof of history”. On parle ici de 710.000 transactions par seconde.

A titre de comparaison, voici le nombre de transactions par seconde qu’il est possible d’effectuer avec d’autres systèmes :

  • Bitcoin : 7 transactions par seconde.
  • Ethereum : 14 transactions par seconde.
  • Visa : 65.000 transactions par seconde.
  • Google : 344.000 transactions par seconde.
  • Nasdaq : 500.000 transcations par seconde.

La “proof of history” permet d’enregistrer de manière fiable dans un registre le temps qui s’est écoulé entre plusieurs événements. Cette nouvelle méthode de vérification s’effectuera en parallèle avec la “proof of work” (BTC principalement) et la “proof of stake” (Ethereum Casper principalement).

Découvrons comment tout cela fonctionne en détail.

Le gros problème actuel


Dans la course pour développer un nombre plus important de transactions par seconde sur des blockchains ultra-sécurisées, les équipes de développement tentent en général simplement d’augmenter la scalabilité des blockchains existantes.

Mais actuellement, il y a un obstacle de taille qui rend cette opération difficile : les “problèmes de temps”.

Voici comment expliquer ce qu’est un “problème de temps” :

Pour effectuer une transaction entre deux ordinateurs, il faut que la transaction s’effectue à un moment précis qui coïncide avec les horloges spécifiques à chacune des machines. Comme ces différents ordinateurs n’ont pas toujours la même heure, il faut à chaque fois faire une opération qui fera coïncider ces horloges entre elles afin de définir une heure précise où la transaction aura été effectuée.

Cela peut paraître relativement simpliste et assez facile à faire, mais en fait, ça ne l’est pas du tout. Coordonnez ces différents événements nécessite énormément d’argent, d’efforts et de personnels.

Une des solutions que les développeurs ont tenté de développer récemment pour pallier à ce problème était le sharding. Mais cette solution pose en fait de nombreux problèmes de vulnérabilité. Si le morcellement de la transaction (sharding) ne s’est pas fait correctement, cela ouvre la voie à de nombreuses fraudes telles que la double dépense par exemple.

La solution proposée par Solana


Solana semble avoir trouvé la solution à ces problèmes en implémentant une nouvelle approche du consensus basé sur le temps.

La “proof of history” est une approche nouvelle qui ne nécessite pas que toutes les nodes du réseau approuvent la transaction. Cette “proof of history” nécessite simplement de savoir que l’événement A a eu lieu avant l’événement B. C’est aussi simple que cela.

Enfin, quand je disais que c’était simple, c’était surtout l’explication qui était simple.

Ce qu’on peut retenir, c’est que la “proof of history” permettra essentiellement un gain de temps énorme. L’utilisation de cette technologie dans le futur pourra en outre permettre de faire des économies d’argent grâce au temps gagné.

Pour créer ce nouveau système de “proof of history” (PoH), Solana a dû créer une toute nouvelle blockchain avec une infrastructure novatrice.

L’infrastructure et le fonctionnement détaillé de la PoH


Cette partie est assez technique et n’a que peu d’intérêt pour 95% des investisseurs.

Vous avez très bien compris le concept de base et si vous voulez vraiment savoir comment tout le système fonctionne, je vous invite à faire vos recherches sur Google.

Vous pouvez par exemple vous rendre sur ce site (en Anglais), dans la section “Technology Breakdown” : Analyse de Solana par mastherthecrypto

Voyons maintenant ce qui nous intéresse en tant qu’investisseur.

Feuille de route


Voici les différentes étapes du développement de Solana :

  • Novembre 2017 : conception du projet et premier jet du white paper.
  • Février 2018 : white paper définitif et Testnet 1.0.
  • Juin 2018 : Testnet 2.0 et démonstration publique.
  • Septembre 2018 : sortie de la version Beta.
  • 4ème trimestre 2018 : sortie du mainnet.
  • 1er trimestre 2019 : distribution des tokens et premiers partenariats.

En outre, un test qui a permis 400.000 transactions à la minute a déjà été effectué.

Equipe


Voici l’équipe en charge du développement de Solana. Attention, on a ici du très très lourd :

Anatoly Yakovenko — Fondateur et CEO :

  • Chef du développement des systèmes d’opération à Qualcomm, systèmes décentralisé à Mesosphere et compression chez DropBox.
  • Détient 2 brevets au sujet de protocole pour système d’opération haute performance.

Greg Fitzgerald — Co-fondateur et CTO :

  • Ancien “Senior Software Engineer” qui a passé 12 ans chez Qualcomm et possède une grosse expérience en Java, Python, C++ et Haskell.
  • Dirigeait l’équipe en charge du développement des infrastructure de messagerie chez Qualcomm.

Eric Williams — Co-fondateur et chef scientifique :

  • Gère la division des données scientifiques et l’économie lié au token.
  • A étudié la physique des particule à Berkeley et a reçu un doctorat de Columbia tout en faisant des recherches sur le boson de Higgs au CERN.

Raj Gokal — Co-fondateur et directeur des opérations, produits et finance :

  • 10 ans d’expérience dans la gestion des produits et la finance.

Alan Yu — Co-fondateur et directeur de la stratégie et du marketing :

  • 10 ans d’expérience chez Google dans le département des ventes et du marketing, gagnant plusieurs récompenses durant cette période.
  • Actif dans le monde des crypto-monnaies depuis de nombreuses années.

Stephen Akridge — Co-fondateur et ingénieur en chef :

  • Ancien “Software Engineer” chez SaleForce, Qualcomm et Intel.
  • 10 ans d’expertise dans le domaine de l’optimisation GPU chez Qualcomm et Intel et gérait l’équipe qui faisait en sorte que les GPU Intel avaient toujours une longueur d’avance sur ceux Nvidia.

Conclusion sur Solana et la proof of history (PoH)


Si Solana arrive effectivement à mettre en place cette fameuse “proof of history”, alors on peut dire que nous entrerons dans une nouvelle ère pour les crypto-monnaies.

Cela engendra des gains de temps énormes, fera diminuer les coûts et il y a fort à parier que de nombreuses ICOs ou application passeront par Solana afin d’utiliser leur technologie qui est de loin largement supérieure à la concurrence à l’heure actuelle. (Date de rédaction de l’article : 1er Juin 2018).

Cela signera aussi probablement la fin de tous les autres projets blockchains qui n’ont encore aucun écosystème complet.

Attention, cet article n’est en aucun cas un conseil d’investissement.

Les informations présentes dans l’article ne sont données qu’à titre indicatif.

Faites toujours vos propres recherches avant d’investir sur un projet.

Restez informé des nouveautés !

Inscrivez-vous à ma newsletter pour être informé de la sortie des points suivants :

- Mes nouveaux guides
- Mes nouveaux bilans
- Mes conseils d'investissement
- Des nouveautés

Veuillez vérifier votre dossier spam et indiquez à votre messagerie que ce n'en est pas.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

Restez informé des nouveautés !

Inscrivez-vous à ma newsletter pour être informé de la sortie des points suivants :

- Mes nouveaux guides
- Mes nouveaux bilans
- Mes conseils d'investissement
- Des nouveautés

Veuillez vérifier votre dossier spam et indiquez à votre messagerie que ce n'en est pas.